Brienne-le-Château

Un jour de festivité à Brienne-le-Château

Imaginez-vous en 1787. Vous avez l’honneur d’être à Versailles. Vous vous efforcez de bien paraître devant Louis XVI dès que vous le croisez dans les jardins. Toutefois, Versailles vous ennuie, c’est loin de Paris et l’atmosphère qui règne à la cour vous indispose. Votre épouse et vous êtes las de tous les commérages.

Vous savez que le principal ministre du roi, Etienne de Loménie de Brienne, et son frère Louis, secrétaire d’Etat à la guerre, organisent de somptueuses festivités dans leur château aubois. Vous décidez donc de vous rendre à Brienne-le-Château.

Vue du château de Brienne
« vue du château de Brienne, façade sur le parc », projection idéalisée du château et son parc avant travaux. Aquarelle, Jean-Philippe Lemoine de Couzon, vers 1770.
« La gazette illustrée des amateurs de jardins » parue en 1930

Arrivé à Brienne-le-Château, nul besoin de demander la situation géographique du château, vous l’avez aperçu sur son promontoire depuis plusieurs kilomètres déjà. Vous empruntez la grande avenue aménagée par les châtelains et passez le pont qui marque la distinction entre le village rural et le lieu de tous les loisirs. A votre gauche, vous apercevez les équipages de chasses avec leur centaine de chiens et tout autant de chevaux. Un valet indique que la chasse débutera vers 9h en ce matin brumeux. Vous répondez que vous y serez.

Vous choisissez votre monture et enfilez les vêtements aux couleurs et armes du comte. Votre épouse ne souhaite pas participer à la chasse mais accepte d’y assister dans un carrosse affrété spécialement. Accompagné par les autres chasseurs et commis, vous parcourez l’immense propriété des Loménie de Brienne, s’étalant sur des centaines de kilomètres carrés.

A votre retour, les invités du comte de Loménie applaudissent en apercevant la venaison que l’équipage ramène. Le moment du déjeuner arrive. De grandes tables sont installées dans le jardin à la française, le buffet est d’un régal versaillais.

La musique dans le jardin invite les convives à sortir de table. Tout le monde se lève et comprend qu’il va vivre un après-midi des plus divertissants. Vous tombez sur des étals de marchands parisiens qui proposent des produits exotiques. Les quelques bananes et noix de coco font envie. A peine le temps de donner votre panier de fruits à un domestique qu’un saltimbanque vous fait des tours d’adresses. En suivant ses acrobaties, vous arrivez devant sa compagnie carnavalesque qui offre des danses champêtres. Après avoir profité du spectacle, vous déambulez dans le jardin régulier et applaudissez les joueurs de parades, les farceurs de boulevards, les danseurs de cordes, les chanteurs solistes.

Plan du domaine de Brienne
Plan du domaine de Brienne-le-Château, « La gazette illustrée des amateurs de jardins » parue en 1930

Un ami de la cour vous propose de rejoindre les jardins à l’anglaise. Votre épouse entend que des démonstrations de physique vont être données et préfère se cultiver plutôt que bavasser. Avec votre ami, vous errez dans ce grand jardin irrégulier. Les ponts vous font passer d’un côté ou de l’autre de la rivière créée de toute pièce par l’architecte Jean-Louis Fontaine. Après une longue marche, vous atteignez le bois. Un des nombreux domestiques du château vous propose une balade en barque sur la rivière pour remonter les jardins et revenir vers le château.

En débarquant, votre épouse vous aperçoit et vous explique les phénomènes incroyables qu’elle a vus dans le cabinet de physique aménagé dans le château. Vous avez déjà entendu parler du démonstrateur de physique, un certain Deparcieux qui a déjà ébloui le Roi. Votre épouse avoue avoir profité du cabinet d’histoire naturelle et de la grande bibliothèque du principal ministre, pièces mises à la disposition des convives.

La nuit arrive. Tout le monde se rassemble au pied du château. Vous ne savez pas ce qu’il se passe et décidez de rejoindre la foule. A peine arrivé au château, vous entendez un sifflement assourdissant. Vous vous retournez et voyez un feu d’artifice exploser. Une multitude d’éclats colorés éblouissent votre épouse et vous-même pendant plusieurs dizaines de minutes.

Entrée du théâtre

Entrée du théâtre © Hugo Alexandre/DRAC Grand Est

Une fois le feu terminé, on vous invite à vous rendre au théâtre. Vous n’avez pas remarqué un tel lieu depuis votre arrivée et vous commencez à douter de sa localisation. Une fois encore, vous suivez la foule et entrez dans un tunnel qui mène au sous-sol du pavillon du Cardinal, installé à la gauche du château. Et là, c’est l’étonnement. Vous vous rendez compte qu’un théâtre est construit au-dessous du pavillon.

Votre épouse repère une amie et vous invite à la rejoindre. Tout le monde prend place, le rideau s’ouvre et vous apercevez une troupe de comédiens. Votre étonnement survient lorsque vous distinguez sur la scène des domestiques aperçus plus tôt dans la journée, habillés des plus beaux costumes. A leurs côtés, des comédiens professionnels se distinguent tout autant. La pièce de théâtre commence. L’amie de votre épouse vous informe qu’il s’agit d’une pièce écrite spécialement pour la soirée. Au même moment, la salle retient son souffle lorsque le comte Louis de Loménie de Brienne apparaît parmi les acteurs.

Après les derniers applaudissements, les domestiques s’emploient immédiatement à aménager une piste de bal au-devant de la scène. Les musiciens s’activent et vous dansez.

La journée se termine par un banquet donné dans le salon principal du château. Le gibier chassé le matin a été cuisiné toute la journée dans les immenses cuisines. Vous remarquez la salle de billard et de jeux, vous devinez votre occupation du lendemain.

 

Hugo ALEXANDRE
Chargé de la protection des monuments historiques au titre des immeubles, DRAC Grand Est

Découvrez d’autres histoires et portraits

Nos histoires

La vie de château à Aix-en-Othe

La vie de château à Aix-en-Othe

Aix-en-Othe La vie de château à Aix-en-Othe dans la 1ere moitié du XVe siècleLe château d’Aix-en-Othe situé à proximité de l’église Notre-Dame de l’Assomption est la propriété de l’évêque de Troyes depuis le milieu du Moyen Âge. Cette région rurale lui offre de...

Un château posé sur l’eau

Un château posé sur l’eau

Saint-Benoist-sur-Vanne Un château posé sur l'eauDominique Popihn et son mari Jean-Louis sont depuis trois ans les nouveaux propriétaires du château de Saint Benoist, une demeure littéralement « posée sur l’ eau ». C’ est à l’hydraulique qu’ils consacrent leurs...

DÉCOUVRIR NOS HISTOIRES

  1. Home
  2. /
  3. Histoire de l'Art
  4. /
  5. Un jour de festivité...